Sélectionner une page

 Projet de permaculture à Echallens

Favoriser le vivre-ensemble à Echallens à travers un projet de permaculture

Mes Constats 

Depuis des années de nombreux films/docus verts ou les films de Yann Arthus Bertrand ou de Coline Serreau font état de la situation de notre planète et nous disent que nous ne pouvons plus continuer à vivre et consommer comme nous le faisons. En cause la pollution, notre système économique et le partage des ressources (le capitalisme à outrance). Nous le savons…..mais nous continuons dans la même logique…peut-être parce que nous ne savons pas comment faire autrement ?

Récemment 2 docus (« Demain » et « en quête de sens ») nous ont montré que nous pouvons agir autrement, de manière plus responsable pour l’environnement et le bien-être de tous. Il suffit d’une ou plusieurs personnes qui se mettent en marche et ose des idées « nouvelles », en remettant en cause des a priori reçus peut-être déjà dans l’enfance et largement véhiculés par la société, donc par nous-mêmes aussi.

Ces deux films ont surtout réveillé l’espérance dans un « c’est possible de vivre autrement ». Dans ce cadre-là la permaculture apparaît comme une chance pour notre humanité de passer à une autre manière de vivre ensemble. Car la permaculture est à voir de manière très large, car elle englobe les différentes facettes de la vie en société (l’éducation, les énergies, l’économie, l’habitat, le travail, l’agriculture) comme cela apparaît bien dans le film « Demain ».

La permaculture n’est donc pas d’abord  une nouvelle manière de cultiver biologiquement, mais une philosophie de vie qui replace l’être humain au sein de la Création. Elle repense l’être humain en relation aux autres, à la nature, aux animaux,  dans une dimension de partage et d’interrelation entre toutes les composantes de la Création et avec une dimension qui nous dépasse et qui a créé le tout et que l’on peut nommer de différentes manières, suivant les croyances de chacun.

La permaculture est basée sur l’observation de la nature, des animaux et des humains et sur la recherche des interactions propices à favoriser une harmonie entre toutes les composantes de la Création et une fécondité en vue du bien-être et d’une juste croissance de chacun de ses éléments.

Aveuglé par le progrès technique notre civilisation a oublié une certaine connaissance et sagesse de vie que d’autres peuples ont mieux su garder vivantes. La permaculture nous invite donc à retrouver un bon sens de base, pour que chacun ait une place et un avenir sur notre Terre.

Ces films ont mis en route un certain nombre de personnes qui se sont mises à y croire, comme on peut le constater autour de nous. Toutes des personnes en attente de croire à un possible. Ne serait-ce qu’à Echallens, on peut relever 2 initiatives au-moins ; le sauvetage de l’épicerie-bio par la création d’une association et le lancement d’une réflexion dans le but de créer une monnaie locale. C’est dans le même mouvement que s’inscrit notre projet de permaculture qui mûrit depuis quelques années en nous, avec des contours évolutifs. Nous nous sommes dits et pourquoi pas ici ?

Objectifs 

1) Permettre aux personnes d’ici et d’ailleurs de se rencontrer, de partager, en réalisant une œuvre commune.

Dans mon travail auprès des personnes migrantes j’ai découvert l’importance de la rencontre et du partage entre les êtres humains. C’est la voie royale pour sortir des jugements, des a priori, des peurs que l’on peut ressentir face à la différence.

Cela devrait nous amener à la conscience que l’humanité est une dans sa diversité, qu’elle soit culturelle, religieuse, économique, professionnelle, contextuelle, de parcours de vie.

La rencontre, le partage, la convivialité, l’activité commune sont une grande aide pour construire la communauté humaine. La rencontre de l’autre (l’ailleurs peut être son voisin une personne d’un autre quartier d’un autre village…d’un autre pays !).  Nous croyons  profondément que l’arrivée de personnes migrantes à Echalllens est une chance (et non pas une catastrophe) pour élargir notre conscience à tous et pour apprendre à construire un monde plus fraternel et juste, ce qui est un des plus grands défis actuels pour l’humanité.

Ce projet vise donc à être toujours plus conscient des enjeux et des réalités du monde et que nous sommes tous reliés les uns aux autres et coresponsables de l’avenir de la Planète. Il n’est plus l’heure de jouer perso, chacun chez soi.

2) Approfondir la conscience de notre place dans la Création en observant la nature

La permaculture est une voie royale pour nous ramener à ce qui nous est commun, en particulier la Création-la Terre, dont nous avons à prendre soin tous ensemble, comme de bons gérants et non pas comme des propriétaires.

Nous avons reçu la terre en héritage. Nous sommes donc cohéritiers.

Ce retour à la Terre nourricière, c’est un retour à nous-même, au fondamental. Les astrophysiciens nous disent que nous sommes des poussières d’étoiles. Nous sommes donc partie de l’univers.

Quand j’ai les mains dans la terre, c’est comme si je mettais les mains dans ma terre intérieure. Travailler la terre me ramène à moi-même. La Terre nourricière me rappelle que tout est don, que j’arrive sur terre sans rien et que je repars sans rien. Entre ces 2 instants, je peux avoir l’illusion que je possède beaucoup de choses, mais cela n’est que construction mentale humaine, car je peux tout perdre en un instant. Tout est donné au fur et à mesure.

La permaculture est un moyen pour approcher ma vraie place dans la Création

Mon expérience me montre que souvent les Africains, les Asiatiques ou certains peuples d’Amérique du Sud  sont bien plus proches de la terre que nous autres Occidentaux et des valeurs qui lui sont liées, une certaine sagesse de vie. Nous avons donc plein de choses à nous partager pour nous enrichir mutuellement.

3) Améliorer la qualité de notre alimentation

Il est urgent que nous entrions dans une alimentation plus saine et respectueuse de l’environnement et de nos corps (diminution de la consommation de viande, de produits laitiers, redécouverte de certains légumes ou variétés oubliés, manger des produits de saison…).

Il est urgent que le citoyen envoie des signaux clairs aux politiques et à l’économie avant d’être envahi de pesticides et d’OGM et de perdre le droit  de choisir notre alimentation et un accès libre aux semences. Il est important de rapprocher le consommateur du producteur, en développant une agriculture à taille humaine et de proximité. Pourquoi ne pas rêver d’un village qui ose créer des parcelles de permaculture bio pour nourrir ses citoyens ?

4) Apprendre des techniques nouvelles d’agriculture et développer notre créativité pour nos vies. Vivre le « Viens et Va » qui nous tient à cœur.

Par l’observation de notre coin de terre, nous redevenons intelligents des signes du ciel et de la nature. Par l’échange d’information (techniques, semences..) avec d’autres permaculteurs, nous pouvons développer nos capacités et nos connaissances et stimuler notre propre créativité en osant des choses nouvelles. Pour faire aussi notre propre jardin.

Comme le disait Einstein : « on ne résout pas les problèmes avec les modes de pensée qui les ont engendrés ». Il nous faut donc oser, inventer de nouvelles idées, solutions, pour faire face aux défis d’aujourd’hui et ne plus attendre les solutions des politiques, de l’économie, des industriels. Il faut oser sortir de la « victime » qui subit pour entrer dans le « Créateur » qui ose !

Osons être ingénieux et dans le cas qui nous occupe, en portant un autre regard sur l’autre qui est différent, sur notre alimentation, sur notre place dans la Création.  

VIENS !

viens partager ce coin de terre, laisse-toi enseigner,  apprends,  donne-nous ton savoir, reçois des autres et de la terre elle-même et …

VA !

Va plus loin partager avec d’autres et ose construire ailleurs.

L’idée ce n’est pas de créer une communauté d’écolos qui sont contre tout !

L’idée c’est de nous réveiller, de partager, de se stimuler, de faire ensemble, de croire au C’EST POSSIBLE et d’AGIR maintenant avec ce que nous avons devant nous tout simplement !

Ce que nous avons déjà :

– Un terrain de la commune 400 m2 environ

– Des outils

– Des personnes pouvant nous enseigner

–  Des personnes intéressées à créer un noyau pour ce projet.

Ce que nous cherchons :

– Des dons pour acheter des plantons ou des outils de travail

– Une serre

– Un autre terrain (pas trop grand) pour travailler

– Des pierres pour créer une spirale des plantes aromatiques

– Des personnes pour étoffer notre noyau porteur de ce projet.

 

Claude  Amblet

Echallens Juin 2016